Éditeur : CNRS Éditions
Parution : 2009

Avec la mondialisation de l’information, le moindre événement est rendu visible, et apparemment plus compréhensible. Pour autant, il n’y a pas de lien direct entre l’augmentation du nombre d’informations et la compréhension du monde. Telle est la nouvelle donne du siècle qui s’ouvre : l’information ne crée pas la communication.

Voici donc le point de départ du XXIe siècle : la rupture entre information et communication, la difficulté de passer de l’une à l’autre. On savait les cultures différentes, mais on pensait que la même information pouvait être plus ou moins acceptée par tous. On s’aperçoit du contraire : un fossé se creuse entre information et communication. Cette vérité empirique, on l’avait découverte, parfois douloureusement, au niveau des États-nations ; on la retrouve plus nettement à l’échelle du monde. C’est un certain modèle universaliste — en réalité occidental — de l’information et du lien entre information et communication qui s’effondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *