Éditeur : Flammarion
Parution : 1993

Maastricht clôt quarante années de construction technocratique de l’Europe et ouvre une autre histoire : celle de l’Europe démocratique. Avec le suffrage universel s’achève l’Europe des 50 000 et commence celle des 370 millions. Rupture considérable, d’autant plus angoissante qu’elle s’est produite sous nos yeux en direct, en symétrie à l’effondrement du communisme. L’Europe démocratique requière une fantastique révolution mentale, où les conditions sociales et culturelles sont plus importantes que les institutions. En un mot, l’Europe démocratique n’est pas la suite de l’Europe économique avec un zeste de suffrage universel en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *