L_illusion_écologique
Éditeur : Seuil
Parution : 1980

La bonne conscience antinucléaire est inquiétante. Les camps sont tranchés. Les idéologies en place, le doute et la perplexité inutiles. Le dieu solaire s’oppose au diable nucléaire. L’écologie douce combat la technocratie dure. C’est bien simple : choisir une source d’énergie, c’est choisir une société. Et s’il y avait des sociétés nucléaires démocratiques et des sociétés solaires tout à fait fascistes ? L’écologie, quand elle devient une idéologie politique, n’a-t-elle pas la prétention insensée d’être une science des choix de société ? Non, merci vraiment ! Nous n’avons que faire d’une version moderne du scientisme. Alors, comment se battre contre le tout-nucléaire sans se ranger sous la bannière d’une nouvelle utopie scientiste et politique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *