Éditeur : Flammarion
Parution : 2000

L’objectif commun du sociologue Dominique Wolton et du journaliste Olivier Jay qui l’interviewe, est de nous faire partager leur conviction : « La communication a pour mission d’aider les hommes à vivre ensemble dans des sociétés éclatées. » Internet revendique un projet social : transparence et accès pour tous à l’appui. Mais il est loin de servir ce projet puisque, précisément, il manque des repères culturels nécessaires pour fédérer des individus d’origine et de croyances différentes autour d’une information disparate. Pourquoi vouloir faire d’Internet ce qu’il n’est pas : un système éducatif cohérent et efficace, le vecteur d’une nouvelle société, sinon cette société elle-même ?

Il est temps d’identifier les règles du jeu dans cette « partie de poker menteur » que nous impose cet agent de la nouvelle économie, avatar du capitalisme qui gouverne nos démocraties. En quoi Internet se différencie-t-il du bon vieux système de vente par correspondance ? Dans quelle mesure n’est-il pas qu’un instrument de domination de cette nouvelle Rome qu’est l’empire américain ? Comment prendre au sérieux la réponse qu’il apporte au déséquilibre Nord-Sud – une communication universelle – quand il ne dit rien des personnes capables de la transmettre ? Sans compter que, repoussant toute forme de contrôle au nom de la liberté, il prive la démocratie de substance, d’implication politique, d’engagement citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *