Dominique Wolton
image 2

« La France a exprimé un immense espoir »

Le Temps, 23 avril 2007 (Suisse)

Analyste des rapports entre communication, société et politique, Dominique Wolton est directeur de recherche au Centre national de recherche scientifique (CNRS). Selon lui, l’évènement de ce premier tour est d’abord la mobilisation des Français : « 85% de participation, ce chiffre est inouï. Il dit un espoir immense dans la politique. cela tord le cou à toutes les thèses sur la dépolitisation du pays. On constate une vraie passion politique, en particulier au sein de la jeunesse. Mais attention ! Cette mobilisation traduit un espoir immense. Quel qu’il soit, le vainqueur n’aura pas le droit de décevoir. Il ne pourra pas ignorer l’autre moitié du pays, sous peine de le plonger dans le désespoir. »

Nous revoici donc dans le clivage classique entre gauche et droite.
En apparence seulement. Le clivage est beaucoup plus complexe que celui qui a prévalu autrefois. Le pays a en réalité connu une droitisation importante, et l’on assiste à un phénomène inédit : pour la première fois dans la Ve République, la droite, avec Nicolas Sarkosy, est allée chasser sur les terres de l’extrême-droite. Une digue a été rompue, qui signifie la fin d’interdits très structurants dans la vie politique française.

Quelles vont être les tactiques de 2ème tour des deux candidats ?
L’un et l’autre ont un gros problème de crédibilité. Ségolène Royal a joué seule, ignorant aussi bien la gauche de la gauche que l’appareil socialiste, qu’il lui faudra maintenant récupérer. Comment concilier ces deux impératifs ? Et n’oublions pas qu’elle bénéficie du vote de conjuration du résultat de 2002, qui avait vu Jean-Marie Le Pen accéder au second tour. Nicolas Sarkosy a un problème symétrique : aller chercher les voix du centre alors qu’il a battu la campagne à droite, voire son extrême.

Ce qu’il a fait dans sa première déclaration, où il a parlé protection, attention, amour, respect...
C’est un discours christique. Sarkosy, c’est Dieu ! Mais je doute que ce revirement soit perçu comme crédible. Or, la crédibilité est désormais une dimension capitale de la politique. Elle implique chez les acteurs une cohérence entre les contenus, la personnalité et le style.

Que dit le vote en faveur de François Bayrou ?
Le désir d’un changement dans la manière de faire de la politique. Cet effet n’est pas secondaire. Il s’agit d’une sacrée rupture, qui détermine une attente nouvelle.

Une femme au deuxième tour, l’évènement est considérable. Va-t-il être déterminant dans la campagne ?
Sans doute. Mais dans quel sens et comment sera-t-il utilisé par l’un et l’autre des candidats ? C’est un facteur qui s’ajoute à d’autres dans cette campagne moins politique que sociologique. On y a beaucoup parlé de questions domestiques, de vie quotidienne. la compassion a parfois recouvert le discours programmatique, au point de le rendre illisible. On risque de voir se dérouler une campagne de deuxième tour excessivement misée sur le profil personnel des candidats.

Certains y ont vu une campagne axée sur le rejet des uns et des autres, plutôt que d’adhésion à des programmes.
Je n’en suis pas sûr. Cette campagne a été très ouverte et tout indique qu’elle va le rester. Je regrette en revanche que l’accent sur le malheur des gens ait fini par imposer l’image d’une France aux limites de l’anéantissement. On a parfois eu l’impression que plus rien n’y fonctionnait, que le Burkina Faso avait plus de chances dans l’avenir ! N’exagérons pas : les inégalités existent en France, mais l’ascenseur social y marche encore et la qualité de vie y demeure élevée.

La France a encore très peu parlé, dans cette campagne, de ses relations avec le reste du monde.
C’est le manque majeur de ce tournoi. Les débats ont très peu porté sur la mondialisation, sur la construction européenne, sur le rôle de la France dans un système international multipolaire. Or, la France n’est grande dans le monde que sur le terrain des valeurs et des idées.

Propos recueillis par Jean-Jacques Roth


Suivant → ← Précédent
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0